Activités interreligieuses pour la protection de l’environnement

Avec la participation des dojo de Melle et d’Osnarbrück (Allemagne)

Par Claus Bockbreder du dojo de Melle

 

qinghill

Pour la première fois en février 2015 des représentants de différentes religions, du Département fédéral pour la protection de l'environnement et de différentes organisations de protection de l'environnement se réunissaient à l'invitation du Forum abrahamique d'Allemagne (un forum de dialogues des juifs, chrétiens et musulmans) pour une rencontre de dialogue sur le thème " Religions et protection de la nature - Ensemble pour la diversité biologique ¨.  Le Bouddhisme était représenté par l'Union Bouddhiste d'Allemagne. Afin de permettre aux bouddhistes de participer, le titre original, qui contenait le terme "préservation de la création", a été changé en celui mentionné ci-dessus.

Les représentants de ce forum ont souligné l'importance de la protection de la nature et des espèces. Ils considèrent que les raisons principales de l'extinction des espèces sont  les formes d'activité économique, de production et de consommation qui abusent des ressources, l'injustice sociale et la discorde dans le monde, le changement climatique et la perte de biodiversité privant les gens de leurs moyens d'existence et les obligeant à quitter leurs pays.
En conséquence, les communautés religieuses décrivent leur tâche comme suit :
La protection de la nature et de sa diversité est pour elles une tâche commune et continue. La coopération interreligieuse sert à mieux se connaître et à faire la paix avec les autres et avec la nature.

Afin de sensibiliser les gens à la protection de la nature
    • Une semaine religieuse se tiendra dans une ville différente chaque année en septembre, traitant de sujets liés à la protection de la nature et à la biodiversité,
    • Les communautés religieuses devraient créer des lieux de biodiversité autour de leurs bâtiments,
    • Des équipes religieuses pour la protection de la nature devraient être constituées pour diffuser des informations sur la tâche commune des religions dans les écoles et les établissements d'enseignement,
    • Création d'un réseau de religions pour la protection de la nature.

Suite à la suggestion ci-dessus, le groupe local "Religions pour la paix", dont je suis membre, a organisé une semaine de projet "Protection de la nature et religions" en septembre 2018. Nos dojos d'Osnabrück et de Melle ont participé à ce projet, entre autres avec le zazen quotidien du matin, au cours duquel je lisais et expliquais des poèmes de Maître Ryokan et des textes de Maître Dõgen et de Maître Wanshi sur leur attitude envers la nature.
De plus, lors d'excursions pendant cette semaine, il y a eu une présentation sur la ville comme un habitat pour de nombreuses espèces végétales et animales, ainsi que de divers projets de protection de la nature dans la région, et des mesures de protection de l'écosystème forestier dans un centre d'éducation à l'environnement.
Deux fermes biologiques qui travaillent selon des concepts très différents ont été visitées.
La première ferme était un lieu de rencontre. La famille de l'agriculteur, d’autres personnes vivant à la ferme ainsi que des travailleurs temporaires s'occupent ensemble du sol, des plantes et des animaux. Outre la production agricole biologique, il s'agissait avant tout d'une bonne coopération humaine et d'un apprentissage mutuel, déjà dès l'enfance. Par exemple, il existe un jardin d'enfants à la ferme où les enfants peuvent jouer dans la nature et apprendre par le jeu l'attitude religieuse de base du "respect de la vie". Une école primaire est en cours de construction dans la ferme.
Dans l'autre ferme, la culture a lieu conformément aux directives strictes de Demeter.
Nous avons été informés sur la culture, nous avons récolté, traité et mangé les légumes ensemble.
Pendant ce temps, j'ai récité et expliqué notre Sutra des repas en allemand.

Dans deux écoles nous avons pu constater que les jeunes étaient déjà avant Greta très engagés et bien informés sur la protection de l’environnement. C’est ainsi qu’ils ont planté des prairies fleuries pour les insectes.  Chaque école avait son propre rucher, où le miel était produit et commercialisé directement, de sorte que les élèves apprenaient à considérer parallèlement les aspects souvent contradictoires de l'écologie et de l'économie. Dans une école, ils avaient transformé des cours en "jardins des religions" - un jardin judéo-chrétien, un jardin musulman et un jardin d'Extrême-Orient - dans lesquels étaient plantées des plantes qui jouent un rôle dans les différentes religions, pour le calme et la contemplation.

Lors de l'événement de clôture de la semaine, auquel ont également participé des représentants de la ville et de la région, les étudiants ont très clairement formulé leurs demandes en faveur d'une politique environnementale responsable et durable.

Selon l'accord, une journée de projet doit avoir lieu chaque année en septembre dans les villes qui ont déjà réalisé la semaine de projet « protection de la nature et religion" décrite ci-dessus, qui a eu lieu à Osnabrück le 1° septembre 2019.

La journée a commencé par un service religieux avec un sermon sur la protection de l'environnement et une composition musicale sur les "sons des religions" d'un membre de notre groupe local "Religions pour la paix".
Ensuite, deux conférences scientifiques ont été données par un professeur universitaire de botanique sur le thème "Déclin de la biodiversité - Que pouvons-nous faire ? " et par le directeur de la " Fondation fédérale allemande pour l'environnement ", basée à Osnabrück, sur la pollution de l'environnement par les produits chimiques.

Les messages clés de la première présentation étaient les suivants :
un environnement sain est nécessaire :
    • Pour fournir de la nourriture
    • Pour l'approvisionnement en matières premières
    • Pour la production d'oxygène pour l'air respirable
    • Comme stockage de dioxyde de carbone
    • Pour la prolifération de nombreuses plantes par la production de fruits par pollinisation
    • Pour l'adaptation des organismes vivants à l'évolution des facteurs environnementaux grâce à la diversité génétique
    • Pour la détente et le bien-être.

L'intensification de l'industrie alimentaire est généralement considérée comme la cause de la perte d'espèces, ce qui entraîne :
    • la transformation du milieu naturel en espace culturel, par exemple en asséchant les landes, qui peuvent stocker des quantités considérables de dioxyde de carbone, et en les utilisant pour l’agriculture,
    • Les monocultures, par exemple de grandes surfaces de culture de maïs pour la production de biodiesel ou le remplacement de nos forêts mixtes indigènes par des cultures d'épicéas, qui sont plus productives pour l'industrie du bois mais qui détruisent l'écosystème forestier,
    • Les forêts de mangroves, qui protègent les côtes tropicales, sont abattus pour créer des élevages de crevettes, avec pour conséquence que l'eau de mer peut atteindre l’intérieur des terres et que les zones agricoles deviennent inutilisables,
    • L'écosystème du sol est détruit par l'utilisation intensive d'engrais et de pesticides artificiels.

Que faut-il faire ?
    • Renaturation des forêts et des marécages,
    • L’ensemencement de plantes sauvages indigènes. À cette fin, l'Institut biologique de l'université locale fournit un mélange de graines de fleurs sauvages dans le cadre de « l'Alliance des abeilles d'Osnabrück",
    • Naturalisation des vastes terrains des églises,
    • Meilleure mise en œuvre de la directive européenne "Faune-Flore-Habitat",
    • Interdiction des pesticides et autres produits chimiques nocifs,
    • Aucun financement de l'UE pour le biogaz produit à partir du maïs,
    • Le financement agricole de l'UE est lié à des exigences en matière d'environnement et de conservation de la nature,
    • Réduction des émissions de dioxyde de carbone et d'azote,
    • Réduction des engrais dans l'agriculture,
    • Promotion de l'agriculture biologique,
    • Changement de mode de vie avec une consommation excessive. Changement de certaines habitudes de consommation : ne pas acheter de produits contenant de l'huile de palme, ne pas acheter de produits en bois tropical, ne pas acheter de terre de jardin avec de la tourbe,
    • Moins de voitures et d'avions.

Dans la deuxième présentation, les objectifs de développement durable des Nations Unies ont été présentés en premier lieu :
    1. pas de pauvreté
    2. pas de famine
    3. la santé et le bien-être
    4. une éducation de qualité
    5. l'égalité des sexes
    6. eau propre et équipements sanitaires
    7. une énergie non polluante et abordable
    8. le travail digne et la croissance économique
    9. industrie, innovation et infrastructure
    10. moins d'inégalités
    11. villes et communes durables
    12. des modes de consommation et de production responsables
    13. mesures de protection du climat
    14. protection de la vie sous-marine
    15. protection de la vie sur terre
    16. la paix, la justice et des institutions fortes
    17. des partenariats pour atteindre les objectifs

De nombreux graphiques ont montré comment la consommation de ressources en eau et en énergie a augmenté de manière exponentielle depuis le début du XXe siècle, parallèlement à la croissance démographique, tout comme l'augmentation des émissions toxiques pour le climat (dioxyde de carbone, oxyde d'azote et méthane) et la destruction de la forêt tropicale et des terres naturelles.
Selon les graphiques, l'influence de la civilisation moderne sur le climat et l'environnement ne peut être niée.
En outre, il a été montré graphiquement à quel point la pollution des sols, de l'air et de l'eau par l'utilisation et les substances toxiques pour l'environnement a déjà progressé, en particulier la pollution des masses d'eau par la fertilisation avec des phosphates et de l'azote a dépassé une limite acceptable. Il en va de même pour la menace pesant sur la biodiversité.
Le nombre de 1 300 000 000 substances chimiques organiques et inorganiques provenant de l'industrie, de l'agriculture, du développement urbain, des activités de loisirs, des ménages, des vêtements et des médicaments polluant l'environnement est impressionnant.
Après avoir présenté quelques exemples positifs de systèmes économiques durable et de recyclage, la présentation s'est terminée par une citation de l'ancien Président fédéral allemand Horst Köhler de 2016 :
"Ce n'est que lorsque nous adoptons une perspective globale du globe et que nous examinons ensemble les questions de pauvreté et d'environnement que nous avons une idée de ce qui nous attend. Le plus grand défi auquel l'humanité est confrontée au XXIe siècle est de permettre à tous les peuples de vivre dans la dignité sans détruire notre planète. Si tout le monde produisait et consommait comme le font les Européens et les Américains, nous aurions besoin de trois ou quatre planètes, mais nous ne les avons pas ».

Après une discussion en profondeur des exposés, la journée se conclut par une pièce de théâtre "The Plasticbusters", écrite et jouée par les élèves sur le thème de l'ignorance et de la responsabilité dans l'utilisation des plastiques pour protéger l'environnement.

Tous les événements ont montré, en partie de manière très radicale, à quel point nous nous trouvons, à un tournant - pas nécessairement nouveau pour ceux qui s'occupent du sujet depuis longtemps - mais toujours effrayant dans sa clarté.
Malheureusement, comme d'habitude, il y avait relativement peu de visiteurs, et ceux qui étaient là étaient déjà bien informés, mais étaient de nouveau bien motivés dans leurs actions pour protéger la nature.
Il a été très gratifiant de constater le grand engagement et le sérieux des étudiants dans le traitement du sujet, car ils réussissent maintenant aussi à sensibiliser davantage de personnes pour les manifestations du "vendredi pour l’avenir".

 

Photo de qinghill (Unsplash).

Mots-clés: NL30

Imprimer E-mail

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.