Atelier zen et Nature

Compte rendu des activités relatives au thème « ZEN et nature »

« Maitre Eno, bien qu’il était analphabète, avait la faculté d’appréhender les enseignements de la nature, les enseignements de tous les êtres vivants. Finalement les Dharmas du Bouddha ne se trouvent pas seulement dans les livres, mais aussi dans la nature, dans le cœur de chaque être vivant. En observant la nature, la vie, on peut comprendre les Dharmas du Bouddha »

 

Le but des activités inclues dans le cadre Zen et nature est de nous rendre plus conscient de l’interdépendance entre l’être humain et nature. La nature est un exemple vivant de l’interdépendance et de l’impermanence. Comprendre la nature, comprendre que nous ne sommes jamais séparés de la nature, nous permet de développer respect et compassion, et de pratiquer l’esprit du bodhisattvas.

Activités

Les activités inclues dans le cadre Zen et nature ont eu lieu en 2010 pendant le camp de printemps de Grube Louise, ainsi que pendant les camps d’été au temple Zen de La Gendronnière en 2004, 2009 et 2010. En outre, des journées de pratique de zazen associées à de la randonnée eurent lieux aux printemps, été, et automne des années 2009 et 2010. Des membres de la sangha de Maitre Roland Yuno Rech, des dojos d’Anvers, Mulhouse, Melle, Toulon et Treves, ainsi que Raimund Olbrich, le jardinier de La Gendronnière, y prirent part. Jusqu’ à présent le thème principal abordé pendant ces activités furent le suivant:

Où est le point de contact entre Zen et écologie (thème de l’atelier du camp d’été 2004). Il existe pour ce thème un compte rendu en langue Allemande qui peut vous être envoyé sur demande. L’atelier 2004 se termina après la période de préparation sur cette citation de l’écologue aujourd’hui disparu Konrad Buchwald: “Notre âme a besoin de territoire silencieux pour faire l’expérience que l’éternité est sans commencement et sans fin.”

Le thème de l’atelier du camp d’été de l’année 2009 a La Gendronnière fut l’observation et l’étude des diffèrent espaces de vie (biotope) dans l’enceinte de La Gendronnire (pré, forêt, jardin, plan d’eau), et aussi des plantes et animaux typiques.

1

Observation de la nature: Lampe en pierre avec plante au château de La Gendronniére.

 

Le thème de l’atelier du camp de printemps et du camp d’été de Grube Louise en 2010 fut l’examen de comment l’homme aménage les espaces de vie (biotope), des plantes et des animaux pour leur exploitation. Un point central pendant l’atelier à Grube Louise fut dans ce contexte l’identification des plantes sauvages dans le jardin, le pré, dans la forêt à l’aide d’un herbier. Les participants préparèrent à la fin de l’atelier un “mini biotope” pour décorer la salle des fêtes.
Un point central à La Gendronnière fut le jardin de La Gendronnière et la culture du jardin. Raimund Olbrich, le jardinier de La Gendronnière, précisa fermement: “dans le jardin on doit d’abord détruire pour pouvoir cultiver quelque chose (par exemple des légumes, des fleurs)”.

2

Cercle de discussion dans le jardin de La Gendronnière

 

Pendant les journées de pratique de zazen et des randonnées a Osnabrück (sur invitation du dojo de Melle) et dans les environs de Treves, les soirées furent consacrées à la pratique de Zazen et les matins suivants à des randonnées. Ces randonnées furent l’occasion d’observer les changements saisonniers, d’écouter les animaux dans différents espaces de vie, d’apprendre à connaître les plantes, de discuter de l’influence des humains sur les terres cultivées. Les randonnées furent silencieuses.

 

Expérience de la nature: les changements saisonniers
Expérience de la nature pour les enfants

34

Discussion :
Ces activités réunirent entre 2 et 14 personnes. La difficulté généralement rencontrée fur le manque de temps pour faire le tour des thèmes abordés. En outre la traduction dans les différentes langues des personnes intéressées pendant le camp de La Gendronnière fut difficile.

Résumé :
L’effort pour apprendre les relations de dépendance écologiques et l’observation de la nature doit se poursuivre, car il existe pour cela un intérêt certain des pratiquants du zen. La pratique de zazen

sensibilise à l’expérience de la nature  et la compréhension des relations de dépendance écologiques. On recherché des personnes compétentes par exemple dans le domaine des herbes médicinales, ou les comportement écologiques dans la vie quotidienne pour aborder ces thèmes dans de nouveaux ateliers.

L’idée de motiver dans le plus de dojos possibles des personnes intéressées et responsables  pour ZEN et nature, qui pourraient développer des activités indépendantes dans les dojos n’a pas jusqu’ici rencontré d’intérêt ou n’a pas été communiquée.

 

Last but not least un poème :

 

In spring, the cherry blossoms,   Au printemps les cerisiers fleurissent,
In summer, the cuckoo's song,   En été le coucou chante,
In autumn, the moon, shining,   A l’automne la lune brille,
In winter, the frozen snow:   L’hiver la neige gelée :
How pure and clear are the seasons!   Quelles pures et claires sont les saisons ! (1)

 

Lire cet article en PDF (allemand)



([1])           De: ZEN Poetry of DOGEN and other ZEN Masters – cité par Maître Roland Yuno Rech

Imprimer E-mail

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.