Taneda Santôka

Taneda Santôkashittori
ikitaihô e iku

 

Complétement couvert
par la rosée du matin
je vais où j'ai envie

 

Je ne suis rien d'autre qu'un moine errant. Il n'y a rien qu'on puisse se dire sur moi excepté que je suis un pélérin fou qui a dépensé toute sa vie par ici et par là, comme les plantes qui flottent sur l'eau qui s'écoulent d'une rive à l'autre.

 

Ça semble pathétique mais j'ai trouvé le bonheur dans cette vie misérable et tranquille. L'eau s'écoule, les nuages passent, sans jamais s'arrêter ni se fixer. Quand le vent souffle, les feuilles tombent. Tel que les poissons nagent ou les oiseaux volent, je marche et marche, et je vais de l'avant...(Journal)

 

Taneda Santôka (1882-1940)

 

Taneda SantôkaFils d'une mère suicidée et d'un père alcoolique. Marié suite à un mariage arrangé. Responsable d'une usine de sake étant alcoolique. Intellectuel socialiste emprisonné. Frappé par des pasagers du train où il a voulu suicider. La liste d'echecs, rejets et défaites de Taneda Santoka seulement semblent s'interrompre quand il s'est fait ordonné moine soto zen en 1929. Mais peu de temps après il a quitté le monastère et il s'est donné au détachement absolu de marcher, accepter ce qu'on mettait dans son bol et à écrire des haikus inoüis qui, avec humour et liberté, sont nés du coeur de la solitude.

Imprimer E-mail

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.