Samu au jardin potager de La Gendronnière, été 2016

Samu potager La Gendronnière

Samu au potager de la Gendronnière – été 2016.

Pendant la 5ème session, j’ai décidé de participer au « samu potager » à La Gendronnière, dont le responsable était Raimund Olbrich, moine zen et jardinier. Stressée par mon travail, pendant lequel j’avais passé beaucoup de temps assise à un bureau, j’avais pensé que travailler au potager serait une bonne compensation.

Le premier jour, au premier samu, nous étions 10 personnes pour seconder Raimund. Le potager était complètement en friche, car depuis quelque temps il n’y pas eu de jardinier à la Gendronnière. En effet, Raimund a quitté la Gendronnière en 2011.

Donc, le potager était couvert de mauvaises herbes, comme les « Cirses des champs » et les « Cirses communes » (Cirsium arvense et Cirsium vulgare), les « Patiences à feuilles obtuses » (Rumex obtusifolius), les « Liserons des champs » (Convulvulus arvensis), ainsi qu’envahi par divers buissons. Cela a anéanti les dernières pousses de tomates, de pommes de terre ou d’aromates. Sans attention, le potager serait devenu en quelques années un hallier d’abord et ensuite une forêt. En écologie, on appelle cela une « succession ».

Donc nous avons commencé notre travail considérant le potager comme un « potager à sauver », avant qu’il ne retourne tout-à-fait à l’état sauvage.

Le premier jour du samu, nos outils ont été la faucille, la binette et le râteau.

Au deuxième jour, Me Roland Rech a rendu visite au potager et a dit à Raimund que nous n’étions pas assez efficaces. Raimund a réussi alors à obtenir les machines désirées à La Gendronnière: une tondeuse et une débroussailleuse.

Avec cela, tout a été beaucoup plus facilement et plus vite: le haut gazon plein de mauvaises herbes a été tondu, les buissons ont été mis en valeur, les jeunes arbres fruitiers ont reçu du fertilisant, les rosiers et la Roman Candle qui avait poussé à côté de la maisonnette a été taillée. Les palettes pourries ont été remplacées ou réparées. Les murs, les douves et les serres ont été nettoyés des mauvaises herbes. Sur les murs, le « lézard commun des murailles » (Podarcis muralis) était heureux d’avoir enfin plus de soleil.

Grâce à la grande énergie et compétence de Raimund Olbrich, la plupart des personnes ont participé à ce samu jusqu’à la fin des cinq jours de la préparation. A mon propre départ, j’étais remplie de joie et d’énergie, malgré la chaleur, la poussière et les piqûres de divers insectes.

Voici quelques photos de ce beau samu.

Isolde Reisan Schnorbach – groupe de Trêves (Allemagne).

 

 

Imprimer E-mail

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.