La voie du Bouddha

Q - Puisque la Voie est fondamentalement parfaite et naturelle qu’il n’y a rien à acquérir ou a refuser, qu’elle n’est pas dépendante de la longueur de la pratique, pourquoi l’école du Bouddha n’a-t-elle pas réussi immédiatement à apporter la joie dans le monde, et à réaliser un monde sans guerre ni douleur ?

R - Simplement parce que la Voie du Bouddha doit être pratiquée. Elle est parfaite mais nous ne sommes pas parfaits. Pour que nous harmonisions notre vie avec cette Voie parfaite, il ne suffit pas de dire : « nous sommes chacun Bouddha » pour agir en tant que Bouddha. Pour agir comme Bouddha, ne pas faire le mal, ne pas causer d’injustice mais au contraire pratiquer le bien, il faut ancrer notre vie dans une pratique de gyoji : la pratique quotidienne de zazen, le respect des préceptes et la pratique des autres paramita.

Ainsi nous pouvons mener une vie en harmonie, sans plus trahir notre véritable nature à travers nos erreurs et notre mauvais karma.

Bouddha disait qu’il montrait la Voie. Par exemple, pour aller à Bénarès ? On pourrait dire, nous : pour aller à Paris, vous sortez de la Gendronnière et vous tournez à droite, puis à Blois vous prenez l’autoroute et vous arriverez à Paris. Mais si vous partez en direction de Chaumont, vous n’arriverez jamais à Paris.

Il en va de même pour la réalisation de la Voie du Bouddha et de l’esprit d’Eveil, pour transformer ce monde de samsara en un monde de paix et de joie il faut ancrer notre vie dans la pratique de gyoji sinon on risque de tomber dans l’erreur que maître Dogen appelait l’erreur spontanéiste (Jinen gedo).

Mots-clés: Roland Yuno Rech

Imprimer E-mail